Je vous propose une recette de barres de céréales très goûteuses et croustillantes et qui ont l’avantage, contrairement à celles du commerce, de comporter peur d’ingrédients et surtout pas d’additifs, conservateurs et autres cochonneries.

En plus d’être saine, cette recette est aussi très rapide et d’une simplicité enfantine.

Je me suis aidée du livre Barres de céréales, muesli et granola maison aux éditions Marabout pour trouver les bonnes proportions.

Ingrédients

270 g de flocons 5 céréales bio ou de flocons d’avoine
110 g de mélange de fruits rouges séchés (canneberges et cerises) ou de raisins secs à défaut
70 g de graines de sésame
50 g d’amandes hachées
2 c. à s. de sucre roux
120 g de sirop d’agave
80 ml d’huile végétale

Recette

Mélanger l’ensemble des ingrédients. Étaler le tout dans un plat en tassant suffisamment et enfourner 20 à 30 minutes à 180 °C. Retirer une fois que la préparation est bien dorée et laisser refroidir légèrement avant de couper en barres puis laisser refroidir complètement pour les faire durcir.

Vous pouvez également réaliser cette recette avec une céréalière. J’ai eu l’occasion d’en tester une, c’est un appareil très simple d’utilisation qui permet de façonner des barres de même taille et de ne pas avoir à les couper après cuisson et d’éviter ainsi qu’elles s’effritent. Le seul inconvénient est que l’on ne peut faire cuire que 6 barres à la fois.

Vous devrez répartir la pâte dans les empreintes et bien tasser, régler le minuteur sur 30 minutes, mettre le couvercle et surveiller régulièrement. Lorsque le dessous est doré, tourner pour faire cuire l’autre face. Il faudra peut-être les retirer avant la fin des 30 minutes. Laisser refroidir et ranger dans les petites boîtes fournies avec l’appareil ou dans une boîte hermétique.

 

Voici le second gâteau qui a été préparé pour le dernier ‘Id et dont je vous avais déjà donné un aperçu. Ce n’était pas très difficile à deviner, il s’agit d’un jardin et de son potager.

Ce gâteau est inspiré de celui d’Amuses Bouche. J’avais beaucoup apprécié le côté très réel de la terre réalisée avec des gâteaux au chocolat émiettés. Je me suis également inspirée d’un gâteau que j’avais préparé il y a quelques années alors que nous travaillions sur le thème de la ferme.

 

Ingrédients

Gâteau au chocolat

240 g de chocolat noir
160 g de beurre
6 œufs
160 g de sucre
120 g de farine
1 c. à c.  de levure chimique

Décor

Pâte à sucre
1 paquet de palets bretons au chocolat

Recette

Préchauffer le four à 180 °C.

Couper le chocolat en petits morceaux et le faire fondre au bain marie avec le beurre.

Dans un autre récipient, fouetter les œufs et le sucre jusqu’à ce qu’ils blanchissent. Ajouter la farine et la levure en continuant à mélanger puis le chocolat fondu.

Chemiser un cercle à pâtisserie de la forme de votre choix, le disposer sur la plaque du four recouverte d’une feuille cuisson et couler la pâte. Pour éviter des débordements sous le cercle au cours de la cuisson, préparer une petite pâte avec de la farine et de l’eau, de la même consistance qu’une pâte à pain, l’étirer pour en faire de longs et fin boudins et les appliquer minutieusement tout autour en appuyant bien pour qu’il n’y ait pas de jour entre le cercle et la plaque.

Enfourner 30 minutes puis laisser refroidir avant de démouler.


Pour recouvrir le gâteau il faudra d’abord l’enduire afin que la pâte à sucre adhère bien. A vous de choisir selon vos goûts et de sorte que le tout ne soit pas écœurant : pâte à tartiner, chocolat fondu, confiture, crème au beurre, etc.

Pour le potager, délimiter les contours avec des petits boudins de pâte à sucre. Tartiner l’intérieur avec un peu de chocolat fondu et ajouter les palets bretons au chocolat après les avoir émiettés très finement.

J’ai choisi de faire des carottes, des choux et des tomates mais vous avez une multitude de choix.

Quant au gâteau sur le thème de la ferme qui m’a inspiré celui-ci, c’était un de mes premiers essais en pâte à sucre, et pâte d’amande.

Tout cela fait beaucoup de sucré, les prochaines recettes devraient nous réconcilier avec une alimentation plus équilibrée.

 

Je ne suis pas une grande amatrice de desserts en pâte à sucre, d’une part parce que je préfère les entremets plus élaborés et d’autre part parce qu’il faut reconnaitre que c’est assez écœurant. Mais comme ça plait beaucoup aux enfants, j’ai testé deux gâteaux rigolos à l’occasion de la fête du ‘Id.

Le premier est une génoise garnie de framboises entières, de coulis et de crème mousseline, le tout recouvert de pâte à sucre. Vous pouvez la faire vous-même, mais si comme moi vous n’avez pas le temps ou l’envie de vous lancer dans la confection de la pâte et surtout de passer par l’étape fastidieuse de la coloration, vous pouvez l’acheter toute prête. Soit en blanc, soit en prenant des couleurs de base que vous pourrez mélanger pour obtenir d’autres teintes. Vous en trouverez entre autres chez Cuistoshop, et si vous avez l’occasion de passer par leur boutique, vous pourrez profiter de leur accueil chaleureux et professionnel.

Le thème est celui de la savane, le décor est entièrement fait en pâte à sucre à l’exception des animaux et de l’arbre.

Ingrédients pour un cercle à entremets de 20 cm (recettes tirées du blog Amuses Bouche)

Pâte à sucre
Colorants (en gel de préférence)
300 g de framboises surgelées
200 g de coulis de framboise

Crème mousseline

400 ml de lait
200 g de sucre
2 œufs + 1 jaune
60 g de maïzena
200 g de beurre

Génoise (pour une grande génoise et une petite)

6 œufs
180 g de farine
180 g de sucre
3/4 sachet de levure

Recette

Génoise

Préchauffer le four à 180 °C.

Séparer les blancs des jaunes. Monter les blancs en ajoutant le sucre en 3 fois jusqu’à obtenir une meringue brillante. Ajouter les jaunes, puis la farine et la levure sans fouetter trop longtemps.

Enfourner 20 à 30 minutes.

Une fois refroidie, couper la génoise en 3 disques de même épaisseur.

Crème mousseline

Faire bouillir le lait avec 100 g de sucre.

Battre les œufs avec le reste de sucre et ajouter la maïzena puis le lait bouillant. Remettre le tout sur le feu et faire épaissir sans cesser de mélanger.

Éteindre le feu avant d’ajouter 100 g de beurre et mélanger. Filmer la crème et laisser refroidir.

Après refroidissement complet, ajouter les 100 g de beurre restant et fouetter pour faire monter la crème.

Montage

Imbiber un disque de génoise de coulis de framboise, ajouter des framboises entières puis couvrir de crème mousseline. Répéter l’opération avec le deuxième disque puis couvrir le 3e disque ainsi que le pourtour du gâteau de crème mousseline.

Étaler la pâte à sucre avec du sucre glace et appliquer soigneusement sur le gâteau. Couper le surplus de pâte sur le bas du gâteau et procéder à la décoration. Les éléments en pâte à sucre sont fixés avec un peu de confiture appliquée au pinceau. Une pâte à sucre réussie aura une consistance de pâte à modeler et sera facile à travailler, vous pouvez même faire travailler les plus petits.

En attendant le prochain article, un aperçu du second gâteau.

 

 

Je vous propose de tester 6 parfums de macarons très classiques, mais qui sont mes valeurs sures. Juste de quoi vous entraîner à varier les coques et les farces, vous pourrez ensuite vous en inspirer pour ajouter un peu plus d’originalité.

Au menu, macarons au coco (macarellos), macarons au café et ganache à la crème de marrons, macarons aux noisettes et au praliné feuilleté, macarons au chocolat et ganache chocolat et noisette, macarons aux pistaches et macarons au caramel au beurre salé.

 

 

La recette de base des coques est toujours là même, vous la trouverez ici, avec quelques conseils également ici.

Macarons au coco (macarellos)

La recettes des coques n’est pas modifiée. Vous pouvez éventuellement ajouter du colorant blanc si vous ne maîtrisez pas totalement la cuisson des macarons à coques claires.

La farce est composée de chocolat blanc fondu au bain marie avec un petite quantité de crème liquide auxquels on ajoutera de la noix de coco râpé jusqu’à obtention d’une consistance satisfaisante.

Macarons au café et à la crème de marron

Les coques au café sont obtenues en ajoutant de l’arôme café ou de l’extrait de café à la meringue italienne, avant d’intégrer le tant pour tant amandes / sucre glace. On les saupoudrera de cacao en poudre avant de les faire croûter et de les enfourner.

La crème de macaron est faite à partir de chocolat blanc fondu au bain marie avec de la crème liquide, le tout mélangé avec de la crème de marron.

Macarons à la noisette et au praliné feuilleté

Les coques sont obtenues en remplaçant une partie de la quantité d’amandes en poudre par de la noisette en poudre. A vous de choisir les proportions. Pour cette fois j’ai fait 50/50 mais il m’arrive de faire des macarons 100% noisettes. Attention toutefois à bien tamiser et mixer votre mélange car la poudre de noisette est plus épaisse que la poudre d’amande.

Pour le praliné feuilleté, il suffit de faire fondre de la pralinoise et d’y ajouter quelques crêpes dentelles écrasées.

 

 

Macarons au chocolat

On remplace 30 g de poudre d’amande par 30 g de cacao en poudre pour réaliser les coques.

On relèvera la ganache chocolat (chocolat fondu au bain marie et crème liquide) avec un peu d’huile de noisettes. Une pâte à tartiner bio au chocolat et noisettes peut aussi faire l’affaire.

Macarons aux pistaches

Les coques vertes sont obtenues avec du colorant vert. Vous pourrez remplacer une partie des amandes par de la pistache réduite en poudre.

Pour la garniture, on mixera environ 150 g de pistaches décortiquées et non salées avec 100 g de sucre, 80 g de beurre mou et une pointe de colorant vert.

Macarons au caramel au beurre salé

Vous ajouterez à la meringue italienne le colorant de votre choix, idéalement un colorant proche de la couleur du caramel.

Le caramel au beurre salé est obtenu en faisant fondre du sucre en poudre en caramel, sans remuer, puis en ajoutant successivement de la crème liquide frémissante et du beurre. Il faut être patient et mélanger le tout jusqu’à obtenir une belle consistance, sans s’inquiéter de voir des grumeaux se former au départ.

Les quantités sont environ 100 g de sucre en poudre pour 50 g de beurre salé et 15 cl de crème liquide. On peut ajouter un peu de fleur de sel à ce caramel.

 



 

 

 

Taqabbala-Llâhu minnâ wa minkum.

 

Je vous propose une recette de pâte à sablés qui est une synthèse de plusieurs recettes que j’ai eu l’occasion de consulter. Elles est très simple à réaliser et servira de base pour diverses sortes de gâteaux classiques. C’est la recette idéale si vous souhaitez que vos enfants mettent la main à la pâte.

J’ai utilisé cette base pour la confection de pattes de chat version Zoubida et de miroirs à la confiture de myrtilles.

Ingrédients pour 60 pattes de chats et 20 miroirs de 6 cm de diamètre :

250 g de beurre
250 g de sucre glace
4 c. à s. de fleur de maïs (maïzena)
2 œufs
1 c. à s. de levure chimique
Farine tamisée en quantité variable

Recette

Dans le bol de votre robot culinaire, mélanger le beurre et le sucre au fouet K jusqu’à obtenir une consistance crémeuse. Ajouter les œufs, la fleur de maïs et la levure et mélanger à nouveau.

Retirer le bol du robot et ajouter la farine tamisée, progressivement en mélangeant du bout des doigts jusqu’à obtenir une pâte pas trop épaisse mais qui se tient, sans pétrir.

Ramasser la pâte en boule légèrement aplatie et laisser reposer au frais 20 minutes.

Confection des gâteaux miroirs

Étaler finement la pâte sur un plan de travail généreusement fariné. Découper des formes à l’emporte-pièces et les disposer sur une plaque de cuisson. Chaque miroir sera composé de deux biscuits. Celui du dessus est troué au milieu pour que l’on puisse voir l’intérieur du miroir mais cela n’est pas indispensable.

Assurez-vous d’avoir un nombre pair de biscuits et badigeonner les biscuits destinés à être sur le dessus de jaune d’œuf battu. Ajouter très rapidement des amandes concassées afin d’éviter que le jaune d’œuf ne sèche.

Enfourner les biscuits à 190 °C en surveillant la cuisson de sorte qu’ils ne soient pas trop cuits. Ils doivent être encore blancs à la sortie du four. Laisser refroidir.

Couvrir les biscuits du dessous de la confiture de votre choix en choisissant la face la plus plate (celle qui était contre la plaque de cuisson), ajouter le biscuits du dessus et remplir le trou avec la confiture.

Confection des pattes de chat

Former des petites billes de patte et les étirer en petits boudins de la taille d’une phalange. Les disposer sur une plaque de cuisson en les espaçant suffisamment car il vont légèrement gonfler à la cuisson. Faire des décorations avec le dos d’une fourchette et enfourner à 190 °C. Les pattes de chats doivent ressortir encore blanches et molles du four. Elles durciront en refroidissant. Pour savoir quand les retirer du four, en casser une et voir si l’intérieur est assez cuit.

Assembler les biscuits deux par deux avec la farce de votre choix (confiture, chocolat, etc.) J’ai choisi d’utiliser de la confiture de lait. Tremper l’extrémité des gâteaux obtenus dans cette même farce ou dans une autre puis dans la garniture de votre choix (noix de coco râpée, amandes concassées, pistaches, vermicelles colorées, etc.)

 

Sur 110 degrés, mêmes les gâteaux les plus traditionnels ont le droit à un petit relooking. Esthétique seulement car, pour les makrouts, je reste toujours fidèle à la même recette.

Certain(e)s sont plus semoule fine, d’autres semoule moyenne ou grosse, cuisson en friture ou au four. Pour ma part, la meilleure recette est celle qui est réalisée avec de la farine extra-fine et une légère cuisson au four. Ces makrouts sont fondants à souhait et peuvent être mangés aussi bien avec du miel que sans.

Ingrédients

Pâte à makrouts

Les ingrédients pour la confection de la pâte à makrouts sont exprimés en mesures. A vous de choisir le contenant qui vous convient (bol, verre, etc.) ce qui est très pratique et évite de devoir se lancer dans des calculs de conversion des grammes, ml ou autres. Mon astuce est de prendre comme base la plaquette de beurre. Je la fais fondre, la place dans un contenant et prend la contenance du beurre comme mesure de base.

La base essentielle à retenir est 3 mesures de semoule pour 1 mesure de beurre.

1 plaquette de beurre de 250 g (soit un bol moyen)
3 bols de semoule extra-fine (de préférence Le Renard)
1 c. à c. de bicarbonate ou de levure chimique
1 c. à s. de sucre en poudre
1 pincée de sel
Un mélange d’eau et eau de fleur d’oranger pour ramasser la pâte

Farce

500 g de pâte de dattes
2 c. à s. de beurre pommade
1 c. à c. de cannelle en poudre
Eau de fleur d’oranger

Recette

Pâte à makrouts

Faire fondre le beurre à feu très doux.

Dans un grand plateau, mélanger la semoule, le sel, le bicarbonate et le sucre. Ajouter le beurre fondu, mélanger et frotter la farine entre les deux mains environ 10 minutes. Laisser reposer au moins une heure (idéalement une nuit entière)

Ajouter progressivement le mélange d’eau et d’eau de fleur d’oranger pour ramasser la pâte sans la pétrir. Il faut juste assez d’eau pour que la pâte tienne, mais pas trop, au risque d’obtenir des gâteaux trop croquants. Laisser reposer un peu.

Farce

Mélanger la pâte de dattes, la cannelle, le beurre pommade et ajouter un peu d’eau de fleur d’oranger pour homogénéiser la farce et la rendre manipulable.

Façonnage

Traditionnellement, on façonne des boudins avec la pâte que l’on creuse et que l’on farcit de petits boudins de dattes. On referme le tout soigneusement et on utilise un moule spécial pour décorer. Ensuite il ne reste plus qu’à couper les boudins en biais pour obtenir les makrouts.

Je préfère donner des formes plus originales à mes makrouts en utilisant d’autres ustensiles, particulièrement les moules mauresques.

Pour cela, partager la pâte à makrouts en deux. Étaler chaque pâte sur une feuille de papier sulfurisé. Étaler la farce entre deux feuilles de papier sulfurisé pour éviter qu’elle ne colle au rouleau à pâtisserie. Poser le cercle de datte obtenu sur une première couche de pâte et recouvrir de la seconde. Passer le rouleau pour bien aplanir le tout.

Couper les formes de votre choix. J’ai choisi de faire un premier essai en décorant la pâte avec le rouleau Wilton puis en découpant des formes carrées. Le problème est que les empreintes du rouleau Wilton ne sont pas assez profondes et que les décorations se sont donc fortement estompées à la cuisson.

J’ai également utilisé un moule à empreinte mauresque qui reste celui que je privilégie pour les makrouts relookés. Appliquer le moule en appuyant très fortement pour que la pâte soit coupée sur toute la hauteur et démouler délicatement.

Vous pouvez également couper des formes simples et les décorer avec une pince à nakkash.

Il faut savoir que plus les formes choisies seront simples (carrés, triangles, etc.) moins vous aurez de chutes. Si vous utilisez des formes plus élaborées, rien ne se jette, vous ferez de petites billes de makrouts avec les restes, les enfants en sont friands, ils peuvent même les confectionner eux-mêmes.

Pour la présentation, vous pouvez choisir de laisser les makrouts tels quels ou les plonger dans du miel chaud puis les recouvrir de quelques graines de sésame non grillées. Je vous conseille d’éviter les miels bon marché qui ont un goût très fort et de privilégier un miel au goût plus neutre afin de ne pas rendre les makrouts écœurants.

 

Les ma’mouls sont pour moi un classique des plateaux de l’Aid. Très répandus au Moyen-Orient, il existe une multitude de recettes et de variations dans la préparation de la pâte et de la farce. Je vous propose une recette de pâte à ma’mouls simplifiée mais néanmoins très goûteuse qui me vient du blog de Kaouther, Culinary Delights. J’ai choisi une farce composée de pistaches et d’amandes.

Les moules à m’amouls qui leur donnent cette si jolie forme se trouvent assez facilement. Vous pouvez tout de même effectuer cette recette si vous n’en avez pas, ils seront tout aussi bons à la dégustation.

 

 

Ingrédients pour 60 pièces

Pâte à ma’mouls

250 g de semoule de blé fine
250 g de farine
250 g de beurre
50 g de sucre glace
1 pincée de sel
1 pincée de levure chimique
Un mélange eau et eau de fleur d’oranger pour ramasser la pâte

Farce

2 verres de pistaches décortiquées non salées
1 verre d’amandes moulues
1  verre de sucre
2 c. à s. de beurre pommade
1 pincée de cannelle
Eau de fleur d’oranger pour ramasser

 

 

Recette

Pâte à ma’mouls

Mélanger tous les ingrédients secs de la pâte puis ajouter progressivement l’eau pour ramasser et former une boule de consistance homogène. Laisser reposer 1 heure.

Farce

Mettre les noix, le beurre, le sucre et la cannelle dans le bol d’un mixeur. Mixer jusqu’à obtenir une pâte homogène et corriger la texture avec l’eau de fleur d’oranger. Former de petites billes de farce et réserver sur un plateau.

Vous pouvez ajouter une pointe de colorant vert pour l’esthétique.

Façonnage

Prélever une petite quantité de pâte, former une boule puis faire un creux avec le pouce. Placer une bille de farce, fermer la pâte de sorte que la farce soit entièrement recouverte. Placer la boule obtenue dans le moule à ma’moul, bien appuyer et démouler.

Si votre pâte a la bonne consistance, elle ne collera pas au moule. Sinon, au besoin, fariner le moule et utiliser une petite brosse pour retirer les morceaux de pâte collés.

A défaut de moule à ma’moul, former les boules et les aplatir légèrement. Vous pourrez éventuellement décorer vos gâteaux avec une pince à nakkash.

Enfourner à 180 °C en surveillant minutieusement. Les ma’mouls ne doivent pas trop dorer. Après cuisson, laisser refroidir et couvrir de sucre glace tamisé.

 

 

Qui dit fin du mois de Ramadhân dit fête de l’Aid. A cette occasion, nombreux sont celles (ou ceux) qui confectionnent diverses sortes de gâteaux qui seront distribués à la famille, aux proches et aux moins proches (pensez à vos voisins, gardiens, facteurs, banquiers, médecins, etc.)

C’est donc avec du sucré que 110 degrés reprend du service. Je vous propose une recette de cookies qui change des classiques (chocolat, amandes, noisettes, etc.). Les cookies aux pralines roses et aux pistaches sont une adaptation de la recette de cookies du blog Papilles et pupilles. J’ai simplement ôté les pépites de chocolat ainsi que les noix et remplacé par des pralines roses et des pistaches.

Une recette extrèmement rapide et facile à réaliser. Vous pourrez d’ailleurs l’adapter au kit SOS cookies pour en faire un cadeau original.

 

 

Ingrédients pour environ 25 cookies

250 g de farine
200 g de pralines roses pilées grossièrement
125 g de beurre pommade
100 g de flocons d’avoine (j’ai utilisé un mélange 5 céréales bio : avoine, blé, orge, seigle, riz)
100 g de pistaches décortiquées non salées
100 g de sucre roux
100 g de sucre blanc
1 œuf battu
1/2 sachet de levure chimique
1 pincée de sel

 


Recette

Préchauffer le four à 180 °C.

Dans un grand saladier mélanger tous les ingrédients secs. Ajouter le beurre et l’œuf et travailler délicatement afin d’obtenir une pâte homogène.

Former des petites boules et les disposer en les espaçant sur des plaques de cuisson garnies de papier sulfurisé ou de toiles de silicone.  Si la texture de vos cookies est bonne, vous n’aurez pas besoin  de les étaler, ils s’aplatiront tout seuls au cours de la cuisson. Si ça n’est pas le cas, vous pourrez les aider en les aplatissant délicatement avec une spatule.

Laisser cuire 10 à 15 minutes en surveillant régulièrement. Les cookies ne doivent pas trop brunir, au risque de devenir très durs en refroidissant.

 

 

En publiant le livre des 40 chrono-recettes pour Ramadhân l’intention était de mettre à disposition, gratuitement, une aide afin de faciliter au plus grand nombre le jeûne de ce mois et la multiplication des actes d’adorations et également de permettre aux lecteurs de s’initier à un mode d’alimentation physiologique qu’ils pourront adopter au quotidien.

Nombreuses ont été les personnes qui m’ont fait la demande d’une version papier, ce que je n’envisageais pas du tout au départ. Mais, pour répondre à cette demande, et parce qu’il faut bien reconnaître qu’il est toujours plus pratique d’avoir la recette sous les yeux que de devoir faire les allers-retours entre la cuisine et l’ordinateur, je suis passée par une plateforme  de vente et d’impression à la demande.

Après avoir reçu un exemplaire dont la qualité me semble satisfaisante, je vous annonce que le livre est disponible et que l’on peut le commander sur Lulu.com.

Les livres sont imprimés à la commande, il s’agit donc d’impression à petite échelle, les prix sont donc plus élevés que lorsqu’ils sont imprimés en gros. D’autre part, le site impose un prix de vente minimum en fonction de leurs coûts d’impression estimés et en dessous duquel on ne peut pas descendre. Le livre de 104 pages est au prix de 28,50 euros auxquels s’ajoutent 3,99 euros de frais de port depuis les États-Unis. Cela ne conviendra pas à toutes les bourses, mais au moins il est disponible pour ceux ou celles qui le désirent.

Il reste bien entendu toujours consultable en ligne et gratuitement.

Pour accéder à la version papier, cliquer sur l’image :